animé par l'Atelier Val d'Aubois

Billet d'Humeur en Actualités

Mercredi 28 Février 2018 -  20h30

Welcome in Vienna - Part 1 - Dieu ne croit plus en nous

Cette trilogie d'Axel Corti est une oeuvre 'marquante' des années 1980 bien que l'ensemble passa assez inaperçu en France.

C'est l'histoire de jeunes juifs autrichiens depuis la Nuit de Cristal de 1938 jusqu'à la victoire sur les nazis en 1945! En trois parties qui vont dérouler cette saga, Axel Corti ( décédé en 1993), et son scénariste G.S.Troller s'inspirant de sa propre vie, s'attachent à nous montrer la vie quotidienne de ces jeunes avec l'Histoire en toile de fond. Dieu ne croit plus en nous est donc la 1° partie qui décrit la fuite hors d'Autriche.

 

Le choix de ces films a été consolidé par le contexte actuel dans lequel vit l'Europe, l'Union Européenne! Rappelons qu'en Autriche, l'extrême-droite détient les ministères-clefs de la vie intérieure et de la diplomatie, rappelons qu'en Belgique, un gouvernement centriste et de coalition se sent obligé d'accepter de confier les clefs de l'intérieur au parti extrêmiste de droite,etc...

Regardant autour de nous, la différence entre ces migrants européens des migrants des années 1935/1945 ne semblent guère différents que ceux qui fuient aujourd'hui des pays en guerre ou des pays aux pouvoirs totalitaires.

Ce choix est consolidé également par cette thématique que nous allons aborder en spectacle vivant au mois de Mars autour de la pièce PROVISOIRE(S) par la Cie Les Entichés qui abordent les conditions d'accueil de ces êtres dréacinés qui sont - ni plus ni moins, nos voisins et voisines de demain. L'Histoire nous l'a confirmé et nous le confirme.....Tout cela pour ne pas l'oublier quand il est encore temps d'agir!

EXPOSITION Véronique et Olivier Bordaçarre

du Samedi 17 Mars au Lundi 2 Avril 2018

CONVERSATIONS

Depuis dix ans, Véronique Bordaçarre travaille sur le thème de la figure humaine en sculptant des corps à partir de matériaux de récupération, métal, bois, fil de fer, et offre au regardeur le spectacle d’une forme de résistance de l’être. Seules, en attente, réduites à la patience, debout dans le désert, assises au bord du gouffre, vivantes encore malgré la petitesse, la fragilité, le désarroi, les figures de l’artiste parlent de déshérités, d’un peuple d’en bas, invisible, oublié. Et pourtant, c’est d’abord le sourire qui vient aux lèvres devant ces visages faits de rien surmontés d’une effilochade de ficelle ou d’un zeste de citron sec. L’attendrissement d’abord. L’empathie même. Les figures s’abandonnent au dénuement dans une sorte de naïveté aveugle à la tempête. Elles flottent dans l’air et chantent en silence la petite ritournelle du pauvre avec un rien de malice dans un regard de boulon, immobiles, imperméables à la méchanceté. Véronique Bordaçarre est leur voix.

 

Olivier Bordaçarre écrit des romans. Mais entre deux essais de littérature concrète, il s’adonne à l’écriture abstraite. Lignes interminables, successions de pavés, feuilles noircies de gribouillis. Ne pas écrire, dessiner l’écrit, trouver le geste, mettre à distance toute signification, libérer les interprétations peut-être, mais ne surtout pas s’en soucier, être face au mouvement, à la vie. Dans la vie. À certains moments, il n’y a rien d’autre à dire  que l’existence nue, la trajectoire, l’oscillation des muscles, l’obsession d’écrire. Parce qu’il le faut. Ne plus rien écrire, certes, mais écrire quand même. Pour donner de la voix.

 

Rassembler en une exposition les sculptures et les dessins constitue peut-être l’acte essentiellement amoureux de Véronique et Olivier Bordaçarre, afin de démontrer le dialogue discret qui s’établit entre leurs œuvres : ici les muets sans langage articulé, là un langage dessiné sans bouche pour le prononcer. Deux œuvres qui stipulent, manifestement, que l’artiste parle pour l’autre, à la place de l’autre, et que cet autre, celui qui n’a pas de voix, peut opposer, par procuration, sa résistance au monde dont il est l’exclu-inclus. Aussi, par cette complémentarité fondamentale, les artistes mettent fin à la solitude et organise la résistance.

 

 

Historique :

Véronique Bordaçarre (expositions de sculptures)

2007, galerie Arkos (Meillant) ; 2008, 2009, Arts dans les cours (Sancerre) ; 2009, Chapelle de Bruère (Bruère-Alichamps) ; 2010, salon de Sagonne ; 2011, 2012, Grange-Atelier (Neuvy le roi) ; 2012, 2013, Moulin Pousset…

 

Olivier Bordaçarre (peinture, sculptures, photographies)

1987-1995 : expositions collectives dont : Réalités Nouvelles (Grand Palais – Paris) ; Galerie de Nesle (Paris) ; plusieurs salons (Versailles, Clichy)

 

Expositions particulières : Studio Inofot (Paris) ; MLC Montmorency (95) ; Grange-Atelier (Neuvy le roi)

 

INFORMATIONS:

ouverture du Samedi 17 Mars à partir de 15 h jusqu'au Lundi 2 Avril 2018 - 18 h 00

Inauguration le samedi 17 Mars 2018 à 18h00

Décrochage le lundi 2 Avril 2018 à 18h00

Ouverture tous les samedi et dimanche de 15 h à 19 h

les autres jours sur Rendez-vous et les jours de spectacle à partir de 17 h.

Prix d'entrée: 5€ ( exposition non subventionnée, cette recette permettant de couvrir les frais d'exposition).

Photos d'Alain Gaymard>>www.gaymard.com

LE CEntre D'Arts et de Ruralité - C.E.D.A.R.

Soutenez-nous et participez à la réalisation de ce projet

Découvrez notre projet en visitant:

Le Luisant sur RCF

Le Luisant sur Carnets de campagne/France-Inter

ARTISTES: contactez-nous pour les RESIDENCES!

Le Luisant

Le Luisant, salle ERP de 115 places:

Ouverture des portes 20h

Séance à 20h30

Tarifs de 6 à 12€

Autour d'un verre après chaque spectacle

Accès facile pour les personnes à mobilité réduite

Réservations recommandées

Généralités

Lieu de diffusion et de résidence artistique

9bis rue de l'église

18150 Germigny l'exempt

0248741601

leluisant18@gmail.com

licences: 1-1077250

 2-1065752 et 3-1065751

 

 

Data administratives

SIREN: 528368251

SIRET: 52836825100013

Catégorie juridique: 9220

APE: 9004Z

Banque: CA Centre Loire

FR76 1480 6180 0070 0812 8530 354

SWIFT: AGRIFRPP848

Association reconnue d'intérêt général

Président: Jean-Marie Chesnais

Chargée du développement. Babeth Slootman

Bureau: Gilles Cornette, Françoise Baudin, René Tourny, Jean Whitehead, Mokhtar El Hariri,René Vazé.

Comité de suivi: Michèle Casteras-Tourny,  Danièle Boone, Sylviane Cornette.

Trésorier du Ciné de la Vallée: René Vazé.

Graphisme des affiches et des pages programme: Solène Chesnais