Suite à l'éventualité d'une baisse de 40 % de notre subvention régionale, nous avons communiqué ce bilan aux administrations publiques

BILAN D’ANNEES PACTEES OU ATEES

Préambule

Quoique l’on dise dans ce bilan, nous sommes reconnaissants des aides de la Région Centre-Val-de-Loire qui nous ont été attribuées au cours de ces cinq dernières années en regard des budgets artistiques que nous avons présenté.

Ce bilan est nécessaire pour clarifier les fonctionnements entre les administrations publiques, les collectivités et notre association.

Ce bilan est nécessaire car nous mettons en exergue ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné dans nos entreprises en essayant d’en analyser les causes et les effets.

 

Historique

Nous ne reviendrons pas sur l’histoire de l’Atelier Val d’Aubois mais sur les relations que nous avons eu avec la Région.

Tout a commencé par une rencontre avec Madame Canette en 2014 suite à notre demande d’aide pour nos activités culturelles dans le domaine du spectacle vivant à partir de notre salle Le Luisant, classée ERP 4L.

A la suite, la Région nous a accordé une aide exceptionnelle de 5 000 €. Notre budget artistique était alors de 30 000 € et notre budget annuel de 66 000 €. Une recommandation fut alors engagée auprès de la CC Pays de Nérondes qui avait choisi la compétence culturelle de nous accueillir. Ce qui fut fait à partir de 2015.

 

1) - Budgets et subventions

De 2015 à 2019, nous avons donc fonctionné au sein du PACT porté par la CC Pays de Nérondes,

2015 - budget artistique de 36 556 € - subvention de 16 063 - Budget de 79 192 €

2016 - budget artistique de 35 590 € - subvention de 18 590 - Budget de 78 866 €

2017 - budget artistique de 49 238 € - subvention de 22 278 - Budget de 104 665

2018 - budget artistique de 79 965 € - subvention de 32 000 - Budget de 117 192 €

 

En 2019, suite à rupture avec la CC de Nérondes qui veut nous octroyer que 40 % de la subvention régionale attribuée au PACT quel que soit le budget artistique alors que le budget du PACT n’atteint pas le plafond, la Région nous attribue une aide exceptionnelle hors cadre.

2019 - budget artistique de 80 254 € - subvention de 32 000 - Budget de 142 015 €

En 2020, cette aide hors cadre rentre dans le cadre des ATE  (Aide Transitoire Exceptionnelle), nous réalisons alors un travail de partenariat avec plusieurs associations et la commune de Germigny afin d’élargir notre action sur le territoire.

2020 - budget artistique de 81 822 € - subvention de 32 000 - Budget de 147 050 €.

En 2021, nous renouvelons des partenariats avec deux associations et la commune de Germigny :  cette aide semble être reconduite mais avec une réduction drastique de la subvention. Nous ne sommes pas considérés comme un PACT ( de toute façon il est dit que les PACT ne peuvent être établis qu’avec des administrations publiques).

2021 - budget artistique de 102 108 € - subvention proposée au vote de 20 000 (subvention demandée 35 000 ) - Budget de 148 405 €.

 

Depuis 2017, notre Association a été reconnue par divers instances publiques et a reçu ainsi des subventions régulières jusqu’à ce jour en fonction des budgets prévisionnels présentés. DRAC Centre VL, CNV puis CNM, Département 18, FONPEPS, ONDA, SACEM.

Cet ensemble de subventions soutient un budget artistique qui s’est stabilisé autour de 80/100.000 € produisant un budget global aux alentours de 140.000 € ce qui pourrait être considéré comme notre fonctionnement normal et suffisant.

 

La subvention régionale est donc passée de 43 % en 2015 à moins de 20 % en 2021, assez éloignée des intentions premières des Etats Généraux de la Culture tenus en début de mandature régionale. Notons que nous profitons de l’aide CAP ASSO de façon régulière.

La subvention départementale est restée fixe à 4 000 € (sans rapport avec le budget artistique. Nous ne sommes pas traités au même niveau que d’autres structures spectacle vivant agissant sur ce territoire.

Le CNV puis CNM nous apporte avec régularité une aide à la diffusion représentant environ 10% du budget artistique.

La DRAC Centre Val de Loire nous apporte une aide d’un peu plus de 10% du budget artistique pour nos actions territoriales. Elle est aussi à l’origine de la création des Ateliers de Fabrique Artistique du Cher en commune avec le Carroi et la Carrosserie Mesnier et attribue une aide pour les résidences artistiques de 40 000 €/an à diviser entre les 3 structures. Depuis 2020, la Région participe à ses AFA à 50 % du budget de la DRAC et le département à quelques pourcents.

 

2) - Activités

De 2015 à 2020 inclus :

- 88 spectacles en diffusion en théâtre, danse, musique, arts de rue, théâtre burlesque, théâtre de marionnette

- 22 spectacles jeune public en séances scolaires

- 46 résidences de création artistique en théâtre, musique, arts de rue, théâtre burlesque, théâtre de marion-nette

- 5 festival L’Estival du Luisant sur 3 jours ayant proposé 40 spectacles

- 4 expositions

- environ 40  actions culturelles sur le territoire en direction des bibliothèques, des collèges, des centres de loisir, du PAH, des Futurs de l’écrit, des Journées du Patrimoine, de Joue la Collectif, des producteurs locaux

- 41 films d’art et essai projetés

 

3) - Gouvernance et fonctionnement

Autour d’un bureau de six membres en parité F/H, le comité de suivi - sorte de conseil d’administration volontaire, est composé de 12 à 14 membres. Deux personnes ont quitté ce comité pour raisons personnelles.

Le comité de suivi se réunit une fois par mois et ses membres sont bénévoles lors des actions de diffusion, de médiation culturelle et au moment du festival.

L’association regroupe en 2020, 120 associées et associés et 50 partenaires en activité économique sur le territoire.

Une salariée CDI à plein temps, soit 1 ETP, et 25 contrats intermittents CDD/an complètent ce fonctionnement en précisant que la programmation et l’administration sont réalisées en bénévolat.

Depuis 2019, nous avons en partenaires deux associations et la commune de Germigny.

Points de suspensions est un collectif de jeunes créatrices et créateurs qui sont en émergence dans un domaine associant recherches artistiques, données environnementales et quotidien du bien-être.

Le Tempo des champs est une école de musique installée à Cours-les-Barres.

 

 

Analyse de situation au 15/05/2021

 

A ce jour

L’association qui gère donc la salle de spectacle et le lieu de résidences Le Luisant a acquis au long de ces années une reconnaissance de lieu intermédiaire et indépendant dans les divers volumes du spectacle vivant.

Depuis 2018, une instabilité financière est persistante suite à la rupture avec la Communauté de communes du Pays de Nérondes. Après les aides exceptionnelles de 2019 et 2020, en 2021 le comité de pilotage ne reconnait plus notre action territoriale et le bien-fondé d’une ATE proportionnée à notre budget artistique.

Ainsi, nous recevons - en prévision - une subvention sur l’année 2021 diminuée de presque 40 %.

Notre instabilité financière devient prégnante et nous espérons pouvoir sortir rapidement de cette spirale de l’incertitude.

A ce stade, nous sommes dans l’obligation d’annuler certains partenariats d’action territoriale partagée et de quelques diffusions en 2° semestre 2021.

 

Partenaires culturels et périmètres

Depuis toujours, nous avons établi des liens avec divers associations culturelles mais il semble que peu de personnes veuillent s’investir dans les actions qui permettraient d’établir une véritable politique culturelle de territoire.

Au seuil de 2021, malgré les soucis liés à l’épidémie, trois partenaires ont re-signé des conventions qui nous ont permis d’envisager des actions communes sur le territoire. Hélas ! ces conventions vont devenir pratiquement caduques du fait de la réduction drastique de l’aide régionale car elles en étaient dépendantes.

La liste d’insuccès dans nos démarches est relativement longue par rapport aux nombres d’associations véritablement culturelles et aucune n’a voulu s’engager dans une politique culturelle commune.

Ainsi, les Amis de l’Abbaye de Fontmorigny, le Jardin remarquable d’Apremont-sur-Allier, ATF association de Terre et de Feu orientée sur le patrimoine industriel, des écoles de musique.

Le projet que nous portons - le CEDAR - qui devrait voir le jour dans les mois qui viennent offre à nouveau ce partenariat mais notre force sera puisée dans les relations que nous avons établies et que nous pourrons développer avec les producteurs/productrices  locaux et les actrices/acteurs engagés dans les transitions énergétiques et les économies solidaires et durables.

Rappelons que Le Luisant est le théâtre, salle polyvalente professionnelle ERP unique dans un rayon de 40 kms sur notre territoire Cher-Est.

Rappelons que les petites villes et communes possèdent  de salles des fêtes qui ne sont pas équipées pour recevoir des spectacles et donc - quand cela se présente : on adapte au détriment de la magie du spectacle (quelques exceptions quand même !)

Rappelons que notre territoire regroupe quelques 20 000 habitants sur plus de 5 000 km² que le bassin de vie dominant est celui de Nevers situé juste de l’autre côté de la Loire soit à 25 kms de Germigny et que nous sommes au carrefour de trois régions.

Rappelons que la densité de population varie de 1.5 à 2.5 hab/km².

Rappelons que nous avons un mailing de plus de 1000 fiches.

Rappelons que nous avons eu environ 1 500 spectateurs par an depuis le début de nos activités qui viennent de notre territoire mais aussi des villes et régions voisines. (40 % habitant en milieu rural, 30 % habitant en milieu urbain ville de plus de 3 000, 10 % autochtones, 20 % indéterminés).

 

 

 

Politique culturelle

Depuis Germigny l’exempt, appartenant à une communauté de communes qui n’a pas choisi la compétence culturelle et qui n’est pas ou peu intéressée par le PACT et le spectacle vivant, nous constatons que l’action publique est en défaut aux regards des droits culturels concernant les habitantes et habitants de ce territoire.

Cette constatation, nous l’avons faite au début des années 2010 et c’est pourquoi cette association est née.

Nous étions et nous sommes persuadés que sur un tel territoire l’action publique ne peut pas être portée que par les collectivités et l’Etat. Aussi, nous pensions que la Région abondait vers une action publique collective mêlant le privé et le publique. Les dernières années nous éloignent donc de cette pensée où nous nous apercevons que notre investissement de plus en plus grand et de plus en plus fort sur notre territoire n’est plus suivi par la collectivité qui nous avait soutenu jusqu’à présent de façon claire et pertinente.

Mais l’intention y est certainement, il semble que ce soit le cadre administratif qui n’est pas assez adapté à de telles situations. (Bien que la charte l’ouvre aux actions des associations agissant sur un territoire….)

En effet, il laisse la porte à moitié fermée ou ouverte selon les points de vue à toute initiative privée pour diffuser, produire du spectacle vivant et des actions culturelles sur le long terme.

Etablir un maillage culturel sur tout le territoire - surtout en milieu rural - devrait se réaliser en donnant les mêmes moyens de façon constante aux associations qui réalisent ce travail à la place des collectivités locales, absentes sur ces secteurs d’activité et qui elles, auraient des moyens constants.

Evoquer la politique culturelle de ce territoire devient donc périlleux car cela est enfoui dans de nombreux vœux pieux à partir du moment où les principales actrices et principaux acteurs ne prennent pas le temps de s’y pencher suffisamment. En dehors d’un état de crise en fin 2018, aucune représentante, aucun représentant d’une collectivité locale ou d’une administration n’a mis les pieds au Luisant. Seuls les maires de notre village se sont déplacés quelques rares fois ainsi qu’un conseiller DRAC et un député. Et lorsque nous avons invité nos élues et élus à des débats sur ces politiques culturelles, sur la place du spectacle vivant en milieu rural, personne n’a répondu à nos invitations. Il ne s’agit pas là de faire le procès de la capitale régionale mais évoquer les absences continues sur le terrain de la politique culturelle des représentantes et représentants locaux de ces administrations.

Année par année, et nous sommes conscients de la jeunesse de notre association, nous labourons donc ce territoire apparemment indifférent mais nous savons que cela prend du temps et nous savons aussi que l’abandon d’une telle politique par les élues/élus locaux n’arrange rien. Imaginez que la signalétique du Luisant a été refusée sur les routes avoisinantes. Imaginez que la dénomination du Luisant comme théâtre, salle de spectacle n’apparait pas ou n’est pas repérable sur les sites de communications des communautés de commune, du Pays Loire Val d’Aubois sur les sites des mairies ! et que nous avons été obligés de placer 40 panneaux pérennes sur les bords de route. Imaginez que certaines/certains élus régionaux, départementaux  locaux ne connaissent pas notre existence alors que ces administrations nous financent.

La politique culturelle territoriale que nous élaborons avance à pas lents mais dès qu’un ou une responsable s’en empare le pas devient beaucoup plus grand.

 

Epilogue

Au bilan, notre fonctionnement a besoin de sérénité et d’engagement pluriannuel avec les collectivités qui permet de présenter une plate-forme d’actions sans suppositions, sans ‘si’.

Nous avons besoin d’une reconnaissance militante des représentantes et représentants locaux par une présence sur le terrain car nous sommes convaincus que la défense des Droits Culturels qui passe par l’existence du spectacle vivant - du fait des liens qu’il fournit et de la convivialité qu’il génère, ne peut se faire que par des actes.

Nous sommes donc fiers d’en être arrivés à ce stade mais nous ne voulons pas nous arrêter là car la mission que notre association s’est donnée n’est pas finie. Au-delà de la poursuite de ces activités, nous voulons produire un lieu pérenne, sorte de Centre Culturel Rural qui puisse résister aux tempêtes politiques car ancré dans le territoire et reconnu comme Lieu Intermédiaire et Indépendant. Peut-être une première étape pour devenir un Tiers-Lieu avec les énergies des économies sociales et solidaires, avec les énergies des communes en phase de transition énergétique et écologique. Et nous voulons transmettre ce travail à d’autres pour qu’elles, ils puissent prendre le relais.

 

Fait à Germigny, le 20/05/2021

 

L’équipe du Luisant

Par son représentant Jean-Marie Chesnais